Quelles substances toxiques peut-on retrouver dans les couches bébé ?

Depuis des années, les consommateurs ont tiré la sonnette d’alarme après l’utilisation de certaines couches pour bébé. Ils ont pour la plupart constaté des rougeurs sur les fesses de leurs bambins. Après analyse et enquête de l’agence de sécurité sanitaire, la présence de nombreuses substances toxiques a été décelée sur ces articles. Elles proviennent des produits parfumeurs et bien d’autres. Quels sont réellement ces produits nocifs ?

Le formaldéhyde

Le formaldéhyde provoque des irritations et des rougeurs. Il est présent dans des proportions importantes dans les produits détergents. Les couches dévoilent également cette molécule. Il reste dangereux pour les bébés puisque le formaldéhyde est cancérigène sur le long terme.

Il faut savoir que les fabricants n’intègrent pas la matière de manière intentionnelle dans l’accessoire. Leur présence est liée aux bois contaminés et qui sont utilisés dans la conception des couches. En effet, elles comportent des celluloses.

Pour le moment, les fabricants continuent d’exploiter le formaldéhyde sur les couches. Néanmoins, un seuil a été défini pour limiter les risques sanitaires. De ce fait, les industriels réduisent désormais leur taux à moins de 10 % si auparavant les proportions ont atteint les 25 %. Ceci dit, une exposition cumulée est encore périlleuse pour les peaux délicates.

Les substances désodorisantes

Les produits chimiques sont en fait moins dangereux à teneur normale. Le plus difficile pour les industriels est la façon de jauger la proportion idéale. Parfois, les excès dans la formulation constituent la véritable source du problème. C’est pour ces raisons que les couches bios ont acquises de la notoriété auprès des consommateurs.

Il existe aussi des produits sans perturbateurs endocriniens. Pour en acquérir, vous pouvez consulter l’offre des petits culottés. Pour revenir aux substances parfumantes, les fabricants utilisent souvent le butylphényl méthyle propional. Il y a aussi l’hydroxyisohexyl 3-cyclohexène carboxaldéhyde. Ces formules chimiques sont loin d’être écologiques.

Les géants du secteur optent pour ces matériaux pour leur capacité à diffuser des odeurs parfumées. Pourtant, ils ne tiennent pas compte des tendances allergènes. Les parents sont donc invités à vérifier la présence de ces éléments ou à contrôler les teneurs avant le choix d’une couche pour bébé.

Les Dioxines

Les dioxines provoquent des soucis sur les organes de reproduction. Le développement embryonnaire est d’autant altéré. Les dioxines collaborent avec d’autres substances toute autant néfastes les unes que les autres. Il s’agit des furanes et PCB. Ils sont des polluants organiques.

Les PCB servent pour la lubrification des couches. Il faut savoir que l’incinération seule peut éliminer l’ensemble de ces éléments polluants. L’opération sera réalisée à haute température. Il est donc possible de deviner les conséquences pour l’environnement au cas où les couches sont jetées dans l’écosystème.

Les dioxines sont visibles dans les membranes internes et externes des couches. Elles sont donc en contact direct avec l’épiderme. Les fabricants ont fait appel à la matière pour blanchir les celluloses de bois. Les colles de fixation sont aussi composées de ces molécules.

Les HAP

Les HAP sont des hydrocarbures aromatiques. Ils apparaissent après une combustion à haute température. Durant l’acte, la quantité d’oxygène est déficitaire. De ce fait, la carbonisation n’est pas accomplie à 100 %. Ils sont donc perceptibles sur les couches, car le processus de fabrication fait appel à la calcination. Sachez que les HAP présentes sur l’accessoire sont des dizaines.

Pour prouver leurs nocuités, vous devez savoir que les HAP sont également discernables dans les fumées de cigarette en plus des pesticides. En parlant de pesticides, les couches en comportent aussi une quantité inquiétante. Là encore, les industriels n’ont pas intégré ces particules volontairement. En effet, les matières premières sont déjà contaminées à l’origine.

4 semaines ago

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code